Si Perle Rare m'était contée...

Un appartement par « click & collect »

De nationalité bulgare, Dimitri est expert en fusion-acquisition ; nostalgique de Milan, sa ville natale, Francesca est acheteuse dans un groupe agro-alimentaire. Après trois ans à Londres, ils ont tous les deux, en septembre 2020, l’opportunité d’un nouveau poste à Paris. Même s’ils apprécient la capitale du Royaume-Uni, le Brexit va bouleverser la donne. It’s time to go! Et surtout, il faut cohabiter avec le COVID-19. Fuir 2020 : annus horribilis.

C’est par visio-conférence, sans aller-retour par Paris – que se déroule pour chacun, leur entretien final d’embauche. Dans le même temps, ils doivent assurer la passation de leur poste et surtout préparer leur déménagement. Pour tout arranger, survient la 2e vague du Covid-19. À l’ère du distanciel et du « click and collect », le real estate n’échappe pas aux restrictions et nouveaux usages. En deux clics, ils confient leur projet d’achat à un chasseur d’appartements de Perle Rare Immobilier. Si le cahier des charges est clair, la mission s’annonce forcément délicate.

Atout pour Karine, leur chasseur d’appartements, elle a vécu cinq ans à Londres. Un climat de confiance s’établit aussitôt : elle sera leur paire d’yeux parisienne. Après une dizaine de jours, une piste semble « matcher » : un joli appartement ancien en plein centre de Paris. La vidéo tournée conquiert le jeune couple : « Great. It looks fantastic. » Prochaine étape ? Le tour de l’appartement en visite… virtuelle !

Rendez-vous fixé le lendemain à 3.00 pm French time. Karine n’aurait jamais imaginé qu’un jour, elle se transformerait en reporter immobilier ! La connexion 4G de son smartphone est parfaite : la visite peut commencer. Après un aperçu du quartier, elle franchit la porte cochère. « Double digicode », commente-t-elle. Elle traverse une première cour, puis une seconde plus petite où se situe un immeuble XIXe de six étages. Les deux derniers ont été transformés en duplex. Le propriétaire ? Designer connu, il l’a entièrement conçu en optimisant les volumes avec des percées pour jouer avec la lumière. Des matériaux cossus mais sobres.

  • Karine, can you show us again the kitchen?
  • Of course!
  • How many square meters?
  • 14 sqm.
  • Are you sure that there is no noise around?

Bla-bla-bla. Les questions fusent. Il faut tout passer au crible. Malgré la qualité de la visio, appréhender l’âme d’un lieu par écran nécessite une gymnastique intellectuelle et sensorielle. Soudain, un visiteur particulier s’invite, faisant sursauter le chasseur immobilier. Karine zoome alors sur un craquant coker roux ; les rires de Francesca et Dimitri se mêlent en même temps à une voix qui hurle : « Yahoo, à la maison ! ». Il semble que le chien de la voisine du dessous ait profité de la porte entrouverte.

Quelques jours plus tard, la promesse de vente est donnée et les procédures notariales s’enclenchent. Le 30 décembre, deux mois jour pour jour, le couple arrive de Londres pour la remise des clés, prêt à découvrir son acquisition… et voisinage. Dimitri monte les escaliers le premier, quand un aboiement fait sursauter Francesca. Comme s’ils étaient attendus, Yahoo leur signifia à sa façon : welcome home!

Par Florence Batisse-Pichet – Illustration Marilou Laure

Un appartement par « click & collect »